Glace à l’italienne : l’histoire vraie !

Glace à l’italienne : l’histoire vraie !

Je commence cet article un brin choquée. Pour ne pas dire complètement ahurie. Vous connaissez ce petit tourbillon sur cornet, cette glace plus molle que sa congénère la boule mais néanmoins tout aussi savoureuse, celle qui glisse le long des doigts et fond à la vitesse de l’éclair. Oui, oui, celle que l’on appelle communément : la glace à l’italienne.

Connaissant l’amour de nos voisins Italiens pour la bonne chair et les gourmandises, je n’avais jamais remis en question le nom de cette glace, que je pensais inventée dans un vieux laboratoire d’Italie pour ensuite être exportée partout dans le monde. Et bien non ! Faux, et re-faux !
Je profite donc de ce billet pour rétablir la vérité et vous faire, par la même occasion, connaître l’origine et l’histoire de cette glace aimée de tous…

Origine :

Contrairement aux croyances communes, la glace à l’italienne ne vient pas du tout du pays du même nom. Si les Italiens sont très réputés pour leur crème glacée, ils ne sont néanmoins pas à l’origine de cette glace molle.
C’est aux États-Unis que la glace à l’italienne a vu le jour dans les années 1930.
Mais c’est là que ça se corse. Deux versions s’opposent…

La première raconte qu’un certain Tom Carver, vendeur de glace ambulant, aurait été à l’origine de la découverte. Après avoir crevé un pneu de la chariote dans laquelle il transportait ses glaces, et les voyant se ramollir, il aurait transporté sa marchandise jusque chez un potier, et coulé la crème glacée dans des cornets  à l’aide des instruments du magasin de poterie.

La deuxième affirme que ce serait J.F. McCullough et son fils qui auraient découvert la recette en 1938. Ce sont eux qui ouvriront un restaurant deux ans plus tard, le Dairy Queen, qui compte aujourd’hui plus de 5900 enseignes mondiales qui préparent de la glace à l’italienne.

Différentes appellations :

Aux États-Unis, son pays d’origine, la glace à l’italienne est appelée « soft serve ». Si elle est généralement plus sucrée que la glace en boule, elle est également moins grasse et plus onctueuse.

Au Québec, elle prend le très joli nom de « crème glacée molle ». Bah oui. C’est de la crème, elle est glacée, et elle est molle. Pourquoi s’embêter ?

Faire de la glace à l’italienne SANS machine :

Comme je me doute que ces révélations choc ont dû être, pour vous aussi, un grand bouleversement, je vais essayer de me rattraper. Si la plupart d’entre vous doivent maintenant être équipés de turbines à glace et de sorbetière Hubert Cloix, ou mieux encore dans ce cas, de machines à l’italienne, je pense à tous ceux qui n’ont pas (encore) cette chance. Je dis encore, parce que ça ne saurait tarder, forcément ! (pour rappel, le numéro de téléphone de la société est le suivant : 01-48-85-71-46).

Je disais donc, pour ceux qui ne sont pas encore équipés, voici comment faire une glace à l’italienne goût vanille sans machine particulière :

  1. Faites chauffer 30cl de lait avec une gousse de vanille ouverte. Laissez infuser 10 minutes.
  2. Pendant ce temps, montez en chantilly bien ferme 20cl de crème entière épaisse, puis ajoutez 3 jaunes d’œufs et 70g de sucre.
  3. Incorporez le mélange lait-vanille et placez dans une boîte, au congélateur.
  4. Sortez la glace 15 minutes avant de la servir et battez-la légèrement.
  5. Servez-vous d’une poche à douille pour placer votre glace sur son cornet, c’est ce qui lui donnera cette forme de spirale.
  6. Dégustez et pensez à nous.

Alors, non, bien-sûr que ça n’est pas une vraie glace à l’italienne !
Pour les puristes, ils vous faudra encore vous rendre chez votre glacier préféré si vous voulez en dégustez une… ! Et heureusement, chacun son métier, et les glaces seront bien gardées…!