Hubert au salon du chocolat !

Le salon du chocolat

Nous sommes le 28 octobre, 8h. La veille, nos turbines à glace horizontale sont arrivés à destination, sur leur lieu de « rencontre » : le mondial des arts sucrés organisé par Délices et Création : 14 pays, 4 jours, un prix. Et bien sûr, des sponsors ! C’est là qu’Hubert Cloix entre dans la danse.

Mais faisons d’abord un petit focus sur le salon en lui-même. Porte de Versailles : deux étages et une délicieuse odeur de chocolat dès le premier pas sur le tapis rouge d’entrée. Un émerveillement sensoriel. Du monde, des couleurs, des senteurs, quoi de mieux ? 

Le salon du chocolat est un événement annuel, rassemblant une foule parmi les grands noms de la chocolaterie. Sur 5 jours, les spectateurs ont pu rencontrer des acteurs essentiels de la filière du chocolat et du cacao. Chaque année, de multiples animations sont mises en place, afin d’assurer le « show », comme le « cacaoshow », défilé de robes en chocolat.

Mais ce salon, c’est également le lieu du Mondial des Arts Sucrés, organisés par Délice et création ! Né en 2008, grâce à deux Meilleurs Ouvrier de France patissier-confiseurs, cet événement a lieu tous les deux ans.

C’est ainsi que cette compétition internationale a su bousculer les codes du secteur de la pâtisserie, tout en offrant à des jeunes talents venus du monde entier la possibilité d’exprimer leur art. 

Et Hubert alors ? 

Étant sponsor du Mondial des Arts Sucrés, notre société Hubert Cloix a mis à disposition des candidats 7 turbines à glace horizontale, tout droit sorti de notre atelier à Lognes. Première sortie pour ces beautés ( oui, je suis très objective 😀 ) 

L’histoire de la HC-5 en quelques mots …

Turbines à glace horizontale

 

Spécialisés dans la confection de turbine à glace, chez Hubert Cloix nous n’avions pas encore de turbine à capacité « réduite ». Après de nombreuses demandes venant de la part des écoles, ainsi que des formateurs en glace, notre bureau d’étude s’est penché sur la question. De là, en fonction de l’expérience utilisateur, du cahier des charges, ainsi que des contraintes a respecter, petit à petit, les plans se forment. Nous avions une idée précise du résultat, de ce que la machine pourrait produire.

La validation des plans, afin de réduire la phase de prototypage requiert beaucoup d’aller-retour, d’essai multiple.  Ainsi, peut-être mise en route la phase de prototype. Réglage des dernières modifications (racleur, et optimisation de couvercle). Enfin, un point des plus important : le réglage du froid pour une machine extrêmement performante !